dimanche 29 décembre 2013

LOUP BLANC de David Gemmel





Skilgannon le Damné a disparu des pages de l’histoire. Il a quitté les terres de Naashan, emportant avec lui les légendaires Épées de la Nuit et du Jour. Les assassins envoyés à ses trousses par la Reine Sorcière furent incapables de le retrouver.

Trois ans plus tard, loin de là, une foule déchaînée se rassemble autour d’un monastère. Elle est accueillie par un prêtre désarmé. Mais en quelques terrifiantes secondes, la situation bascule, et la rumeur se répand à travers les terres de l’Est : Skilgannon est de retour.

Il doit maintenant voyager à travers un royaume hanté par les démons en direction d’un temple mystérieux et de la déesse sans âge qui y règne. Toujours poursuivi par des tueurs et une armée d’ennemis face à lui, le Damné se lance dans une quête pour ramener les morts à la vie.

Mais il ne voyage pas seul. L’homme qui marche à ses côtés est Druss la Légende.



MON AVIS :Il y a quelque temps j’avais lu « les épées du jour et de la nuit », j’avais donc découvert ce personnage de Skilgannon tout en restant perplexe : j’avais loupé un livre de Gemmel. N’arrivant pas à me le procurer à l’époque, j’avais oublié son existence. Ce fut  donc avec grand plaisir qu’en parcourant ma bibliothèque numérique, j’aperçus Loup Blanc. Comme à chaque fois que je lis un Gemmel, l’action me happe trop vite, je dis trop, car il ne me reste plus que deux livres de l’auteur à lire, snif. Trêve de larmoiement, car c’est avec grand plaisir que je me retrouve emporté dans ces histoires sans temps morts, avec ces personnages torturés qu’affectionne Gemmel. Dans ce roman apparaît donc Skilgannon combattant et général hors pair, mais responsable de la mort de milliers de personnes. Ce personnage va évidemment  se jeter dans une quête au cours de laquelle d’autres personnages vont se greffer dont la Legende : Druss. Si le schéma est somme toute assez classique, les rebondissements, l’atmosphère, le rythme, les combats, la magie, tout est là pour nous offrir un bouquin de fantasy prenant. A noter qu’outre la présence de Druss, de petites références à Waylander sont faites, ce livre s’inscrit très bien dans le cycle Drenaï. Etant un  inconditionnel de Gemmel, les reproches que je peux faire sont assez rares, et cela se confirme encore cette fois-ci.


MA NOTE 9.5/10


samedi 28 décembre 2013

Le Dernier Apprenti Sorcier Tome 2 : MAGIE NOIRE A SOHO de Ben Aaronovitch


Après avoir réconcilié les divinités qui se partagent la Tamise, et mis hors d'état de nuire un tueur en série sorti d'un conte pour enfants vieux de plusieurs siècles, l'agent Peter Grant et l'inspecteur Nightingale pensaient pouvoir souffler un peu. Mais le repos n'est pas une option pour les deux derniers sorciers de Londres : ce sont cette fois les jazzmen de la capitale anglaise qui meurent un peu trop souvent et dans des conditions un peu trop suspectes. 

Au son du swing, du bop et de l'électro, Peter nous emmène dans les clubs enfumés de Soho, où magie et musique forment les deux faces d'un même penny...



MON AVIS Revoici Londres à travers de bien curieux évènements que va s’efforcer d’éclaircir notre étudiant sorcier Peter Grant. La trame de cet opus commence peu de temps après les événements du premier tome. De ce fait, et vu dans l’état dans lequel se trouve Nighingahle, ainsi que sa proche collègue, notre policier un peu spécial doit se débrouiller par ses propres moyens. Ce n’est pas plus mal, car l’on suit avec plus d’aisance ses progrès, assez laborieux, dans le monde de l’étrange. Ce nouveau tome nous plonge également dans le monde des clubs de jazz, dont le père de Peter est une figure emblématique. Ce qui me plaît dans cette série, c’est, entre autres, que l’on se laisse transporter dans les méandres d’une Londres mystérieuse et envoûtante grâce à la connaissance et la passion que nourrit l’auteur à son égard. Cette ville où tout peut se côtoyer contribue grandement à l’atmosphère régnant lors de cette enquête. L’humour britannique est toujours omniprésent et la mythologie créée par l’auteur toujours aussi riche et originale. Egalement l’histoire se tient bien et l’on commence à voir se profiler quelques révélations, et du coup de nouvelles questions.  En somme il s’agit d’un bon deuxième tome, si ce n’est meilleur que le premier, mais il faut bien poser le décor.

MA NOTE 8.5/10


mercredi 18 décembre 2013

LE CYCLE DES DEMONS TOME 2 : LA LANCE DU DESERT de Peter V.Brett

Qui est le Libérateur dont parlent les légendes ? Arlen, originaire du petit village de Val Tibbet, a appris à survivre dans un monde où des démons voraces rôdent dans la nuit et où l'humanité s'est enfermée dans la peur. Il a choisi une autre voie : se battre. Il est devenu l'Homme-rune, un héros malgré lui. Mais l'homme qui se proclame le Libérateur n'est pas Arlen. Surgi du désert, Ahmann fut son ami et son frère d'armes avant de le trahir. Il porte une arme ancienne aux terribles pouvoirs et a lancé son armée dans une conquête impitoyable. Ils sont ennemis, mais pour l'un comme pour l'autre, la guerre contre les démons a commencé.


MON AVIS : J’attendais avec hâte de suivre les aventures de Arlen et des ses compagnons et c’est maintenant chose faite. Je dois dire que le début de ce second tome m’a paru un peu long. En effet, nous suivons Ahmann de sa plus « tendre » enfance à son ascension en temps que « lance du désert » et cela est un peu long. Les personnages que l’on a appris à connaître lors du premier tome n’apparaissent qu’ au bout d’une bonne centaine de pages et cela se sent. Attention, la vie d' Ahmann tient d’une grande importance dans la trame de l’histoire, mais on ne s’attend à découvrir un nouvel apprentissage alors que cela avait déjà été fait lors du premier volume pour les protagonistes principaux, et ce avec un rythme plus soutenu. Il aurait presque fallu inclure l’enfance de la « lance du désert » dans le premier opus. Ceci dit une fois ce passage passé, l’histoire reprend son cours normal avec une suite plus qu’honorable suivant bien la lignée que s’est donnée l’auteur. De petites révélations arrivent, mais au compte-goutte et l’on  voit également l’apparition d’un nouveau type de démons. Petit bémol cependant on a l’impression que cela traine un peu inutilement en longueur, comme si l’auteur voulait absolument traiter son sujet en 5 tomes comme prévu quitte à perdre en intensité. Je pense qu’il aurait pu voir ses prétentions à la baisse et ainsi éviter cette petite perte de rythme. Ceci dit, nous n’en sommes qu’au deuxième tome et j’ espère que l’avenir me donnera tort sur ce point.

MA NOTE : 8/10

mardi 26 novembre 2013

Cycle Histoires des Sipstrassi, les Pierres de Pouvoir : LE FANTOME DU ROI, LA DERNIERE EPEE DE POUVOIR de David Gemmel


La terreur et le chaos frappent le royaume. Le roi a été assassiné par des traîtres et l’Épée de pouvoir a disparu par-delà le Cercle des Brumes. Les armées d’invasion se fraient un chemin sanglant à travers le pays, guidées par la Reine Sorcière et un terrible seigneur mort-vivant.
Le seul espoir repose sur le jeune Thuro. Le sang des rois coule dans ses veines. Son destin lui commande de rassembler une armée fantomatique pour défaire les sbires monstrueux de la Reine Sorcière. Et le seul homme capable de l’y préparer n’est autre que Culain, le guerrier de la montagne, car lui seul connaît le terrible secret de la Reine Sorcière…


MON AVIS La parution d’oeuvres de Gemmel continue grâce à de nouvelles traductions et cela pour notre plus grand bonheur. L’auteur nous livre une réinterprétation de la vie d’Uther Pendragon avec son lot de combats épiques, de personnages légendaires et de magie. Ce qui caractérise cet auteur est le rythme très soutenu des aventures qu’il conte ainsi que ses personnages charismatiques. Je n’ai pas forcément retrouvé cela dans ce bouquin. Il y a un bon rythme et de bons protagonistes, mais nous sommes en dessous d’un lion de macédoine, d’un Druss ou d’un Waylander. Il y a nombre de bonnes trouvailles, mais l’on n’accroche pas totalement aux personnages et c’est dommage. Cela reste un bon bouquin de fantasy, mais j’en attendais peut-être trop de ces légendes arthuriennes à la sauce Gemmel tant cet auteur était doué. Si vous souhaitez découvrir cet auteur, ne commencez pas par ce cycle qui, bien que bon, n’est pas ce que Gemmel a fait de mieux.


MA NOTE : 8.5/10

jeudi 31 octobre 2013

TRILOGIE DE L'ANGE DE LA NUIT : La Voie Des Ombres, Le Choix Des Ombres, Au Delà Des Ombres de Brent Weeks


Le tueur parfait n'a pas d'amis, il n'a que des cibles.
Pour Durzo Blint, l'assassinat est un art et il est l'artiste le plus accompli de la cité, grâce à des talents secrets hérités de la ni des temps.
Pour Azoth, survivre est une lutte de tous les instants. Le petit rat de la guilde a appris à juger les gens d'un seul coup d'oeil et à prendre des risques - comme proposer à Durzo Blint de devenir son apprenti.
Mais pour être accepté, il doit commencer par abandonner son ancienne vie, changer d'identité, aborder un monde d'intrigues politiques, d'effroyables dangers et de magies étranges, et sacrifier ce qui lui est le plus précieux...

MON AVIS Dans cette trilogie, nous retrouvons des ingrédients assez classiques, tout du moins au départ : un enfant vivant dans la misère qui sera transformé grâce à un bon samaritain, expert en combat. La différence vient du fait que ce dernier exerce la profession de pisse-culotte, assassin qui ne rate aucun contrat. La formation que suit notre héros, Azoth, ne le rendra pas pour autant meilleur puisqu’il sera amené à tuer des gens et pour cela devra perdre ses amis, ses amours et une partie de son humanité. Vous l’aurez compris, nous sommes ici dans un univers sombre à souhait dans lequel il n’est pas évident de survivre sans y perdre quelque chose. Pour autant, tout ne gravite autour de la formation et de la vie d’Azoth, qui deviendra Kylar, et de son maître Durzo Blint. Les enjeux politiques de ce monde prennent une grande importance, ceux-ci étoffent la vie de notre héros de façon à nous offrir une trilogie qui se tient et nous passionne. Il n’y a pas de chevalier blanc ou autres, tous les personnages ont leur part d’ombre, plus ou moins importante, pas de stéréotype, le héros tue pour de l’argent, certains membres de la pègre sont bénéfiques… Le rythme est bien soutenu et l’on se prend rapidement au style assez direct de l’auteur. Il y assez peu de magie tout du moins dans les deux premiers tomes, on parle plus de don, mais le troisième tome voit l’expansion de tout ce que l’auteur a mis en place. C’est un peu le reproche que l’on pourrait faire, alors que jusqu’ici l’histoire restait plus centrée, le dernier tome voit se produire des événements de plus grande envergure, les batailles sont gigantesques, la magie plus manifeste, les actions plus spectaculaires. Soit l’on est un peu déstabilisé par ce changement, car on attendait une continuité, soit l’on apprécie ce bouquet final pour ce qu’il est : la fin d’une bonne histoire.

MA NOTE : 9/10


samedi 26 octobre 2013

PUZZLE de Franck Thilliez

Accepteriez-vous de mourir... dans un jeu ? Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa. Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu. Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L'un d'entre vous va mourir. Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir. Paranoïa peut alors réellement commencer...

MON AVIS Voici le nouveau roman de Franck Thilliez que j’ai dévoré en deux petits jours tant il m’a tenu en haleine. Thilliez étant l’auteur de Thriller m’offrant le plus d’intensité au fil de la lecture, cela ne devrait pourtant plus me surprendre. Ce roman laisse de côté les personnages récurrents de l’auteur, à savoir Franck Sharko et Lucie Hennebelle (pour les incultes), pour se plonger dans un huis clos angoissant à souhait. Il avait déjà abordé ce genre dans « la forêt des ombres », mais il va beaucoup plus loin dans l’histoire. Celle-ci est travaillée d’une manière telle que l’on ne sait jamais si l’on oscille entre réalité ou fiction, d’ailleurs tel est  le principe du jeu à réalité alterné abordé dans le livre : Paranoïa. Pour info, sachez que ce type de jeu à immersion totale existe vraiment. Une impression de déjà vu pourrait se faire sentir, le film « la maison de l’horreur » par exemple repose sur des bases similaires, des personnes enfermées dans un lieu clôt au passé plus que trouble avec la possibilité de gagner une forte somme, l’ambiance n’est pas sans rappeler un certain « Shining » par moment et d’autres passages pourrait très bien être narrés par un certain « Keyser Söze ». Mais l’auteur manipule de façon tellement habile les ficelles de l’angoisse à l’aide de son style si particulier qu’il règne une tension presque palpable. Je n’ai ressenti aucune baisse d’intensité, on est aussi stressé que le protagoniste principal sans en avoir, heureusement, les effets secondaires. Comme lors de ses précédentes œuvres, un important travail de recherche se fait sentir. Je dois dire qu’à certains moments je me suis demandé comment l’auteur lui-même avait pu dénouer, mettre sur papier toute cette histoire et ceci sans incohérence. La fin pourrait peut-être décevoir certains, pour ma part j’ai apprécié, car c’est extrêmement bien ficelé et cela ne tombe pas dans la simplicité. Un excellent Thilliez, pas spécialement sanglant, mais nous amenant une tension telle que l’on n’a qu’une envie : que cela se prolonge. Malheureusement même si cet auteur est productif il va falloir patienter. 


MA NOTE : 10/10

mardi 22 octobre 2013

LE CYCLE DES DEMONS : L'HOMME RUNE de Peter V.Brett

Il y a parfois de très bonnes raisons d'avoir peur du noir...
Dans le monde du jeune Arlen, dès que le soleil se couche, les démons sortent de terre et dévorent les êtres vivants. Le seul espoir de survie : s'abriter derrière des runes magiques qui repoussent ces monstres et prier pour qu'elles tiennent jusqu'aux premières lueurs de l'aube. Seule une poignée de Messagers bravent la nuit au péril de leur vie pour relier les hameaux dont les habitants ne s'éloignent jamais.
Mais lorsqu'une terrible tragédie le frappe, le jeune Arlen décide qu'il ne veut plus vivre dans la peur : il quitte sa ferme et part sur les routes en quête d'un moyen de se battre contre les démons et de les vaincre.


MON AVIS Dans ce monde, le problème de sortie tardive de nos enfants ne se poserait guère, en effet lors du coucher du soleil, s’éveillent des démons en tout genre qui ne sont pas des plus sympathiques, et ce depuis 300 ans. La seule protection qui subsiste réside en des runes qui créent une barrière magique. Ceci étant posé nous découvrons les destins séparés de Arlen, Leesha et Rojer. Je dois dire que j’ai bien apprécié ce premier tome qui permet une bonne mise en place des personnages et de ce monde si particulier. Les différents apprentissages de nos héros nous sont contés de façons assez succinctes, mais suffisantes, pas de détails inutiles. Évidemment l’on se doute bien  que ces trois-là vont se rencontrer, mais cela intervient assez tard dans le roman et ne laisse présager que de bonnes choses pour la suite. C’est un roman qui se lit très aisément tant on se laisse happer les aventures de nos protagonistes. Évidemment peu de réponses nous sont apportées pour l’instant et l’obligation de se procurer le deuxième tome se fait sentir, et ce pour notre plus grand plaisir.


MA NOTE : 8.5/10

mercredi 16 octobre 2013

LES SALAUDS GENTILSHOMMES : LES MENSONGES DE LOCKE LAMORA de Scott Lynch


Entre Oliver Twist, il était une fois en Amérique et Arsène Lupin, les aventures d’un audacieux criminel et de sa bande de fripouilles ! 
On l’appelle la Ronce de Camorr. Un bretteur invincible, un maître-voleur. La moitié de la ville le prend pour le héros des miséreux. L’autre moitié pense qu’il n’est qu’un mythe. Les deux moitiés n’ont pas tort. 
En effet, de corpulence modeste et sachant à peine manier l’épée, Locke Lamora est, à son grand dam, la fameuse Ronce. Les rumeurs sur ses exploits sont en fait des escroqueries de la pire espèce, et lorsque Locke vole aux riches, les pauvres n’en voient pas le moindre sou. Il garde tous ses gains pour lui et sa bande : les Salauds Gentilshommes. 
Mais voilà qu’une mystérieuse menace plane sur l’ancienne cité de Camorr. Une guerre clandestine risque de ravager les bas-fonds. Pris dans un jeu meurtrier, Locke et ses amis verront leur ruse et leur loyauté mises à rude épreuve. Rester en vie serait déjà une victoire… 


MON AVIS Pour être tout à fait franc, j’ai trouvé que ce livre souffrait de quelques longueurs notamment à cause de fastidieuse description, tout du moins au début. Par la suite, celles-ci nous permettent une immersion totale dans le monde de notre bande de voleurs et nous ne pouvons plus que nous passionner pour Locke et ses compères. Ne vous arrêtez donc pas à ce qui pourrait paraître un défaut alors que cela enrichit considérablement les aventures de nos « salauds » . Nous sommes dans une cité qui paraîtrait comme une sorte de Venise alternative, et cela se prête admirablement aux péripéties de nos héros. En effet, leur spécialité est le vol de grande envergure et l’on imagine très bien leurs machinations dans cette ville peuplée de nobles arrogants, d’une mafia et de laissés pour compte, tant les descriptions sont précises. Ceci dit une fois le monde posé, on se concentre plus sur l’histoire en elle-même et là pas de déception. C’est très bien construit, les protagonistes sont attachants à souhait et l’auteur n’hésite pas à sacrifier certains personnages afin de nous offrir un récit qui tient la route avec son lot de surprises et de rebondissements. 

Très bon début de saga qui bénéficie à ce jour de deux autres tomes traduit et que j’ai hâte de me procurer.


MA NOTE  : 9/10

lundi 14 octobre 2013

LES AUX' de David Gunn



Ex-sergent de la Légion étrangère condamné à mort pour insubordination, Sven Tveskoeg est un tueur féroce et la pire tête de mule de l’empire. Il n’est humain qu’à 98,2%, le reste lui permettant de guérir d’atroces blessures en un temps record ou de communiquer en pensée avec les ferox, de terrifiantes créatures qui, face aux armes lourdes de la technologie humaine, ne laissent que des miettes. C’est sans doute pour ça que l’empereur a repéré Sven et que les Faucheurs, le corps d’élite de la galaxie, veulent lui donner une nouvelle vie… en échange d’une mission.
Une mission ? Plutôt un carnage monumental, un baroud d’une extrême violence hurlée à un rythme effrénée. Au cœur de cet ouragan de métal et de feu que seuls le sexe et le péché viennent parfois apaiser, Sven sait qu’il n’est qu’un pion dans un jeu mortel.
Mais personne ne sacrifie le Faucheur !


MON AVIS : Avis aux amateurs de finesses et de romantiques histoires passez votre chemin ! Ces livres nous content l’histoire de Sven, militaire dans l’âme avec très peu de réflexion et un lourd armement. Vous l’aurez compris nous avons ici un croisement de l’inspecteur Harry, Terminator et Conan le Barbare. Nous sommes dans la caricature poussée à son paroxysme, mais contrairement au « livre de la mort » et ses suites où l’on avait affaire à du second degré (voir plus),  il s’agit, ici, juste d’un déballage sanglant et sexuel de testostérone. Il n’y a rien d’original dans ces affres militaires c’est répétitif et donc assez vite lassant. Les personnages ne sont pas plus passionnants que cela, juste des soldats dénués de toute initiative et facilement remplaçables, l’histoire assez plate bref de la guéguerre ni plus ni moins. Cela plaira aux plus bourrins d’entre nous et se laisse lire lorsque l’on a envie de se décérébrer un peu en cherchant juste de l’action, de la guerre, un peu de sexe, mais ni réflexion ni finesse.

MA NOTE : 6/10


mercredi 2 octobre 2013

FOG de James Herbert


Cela commença par un tremblement de terre.
Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s'échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d'emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d' Angleterre...


MON AVIS : Ce roman se définit comme un roman dit de terreur. Je dois dire ne pas avoir ressenti de grandes frayeurs dans ce roman, je l’ai trouvé un peu plat : pas d’ambiance oppressante, de rebondissement ou surprise nous faisant tressauter lors de notre lecture. Certes nous avons des passages assez sanglants et glauques, mais rien de terrifiant. Le héros également est assez insipide et malgré quelques actes de bravoure, peu passionnant. Il y a certes un message véhiculé quant à l'incompétence gouvernementale, mais cela n’est pas très original et a été abordé de nombreuses fois dans d’autres ouvrages. Nous sommes donc face à un roman de gare, sans plus, rien d’ impérissable.


MA NOTE : 6/10

dimanche 22 septembre 2013

SERUM Episodes 1 à 3 Saison 1 de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza



1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d’Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?


MON AVIS : Voici une série que j’avais hâte de lire au vu des critiques et des précédents ouvrages de Loevenbruck. Je dois dire que je suis assez déçu pour l’instant, il n’y a rien d’extraordinaire, le synopspsis nous laisse présager quelque chose d’haletant, d’assez énigmatique alors que pour l’instant nous avons une histoire sympathique, mais sans plus, avec une sensation de latence. On a cette impression que les auteurs font traîner les choses afin de satisfaire les obligations éditoriales, soit plusieurs épisodes et plusieurs saisons. Ce fonctionnement n’est pas sans rappeler la parution de la ligne verte de Stephen King en plusieurs parties, et ce de façon mensuelle. Mais là ou l’on attendait impatiemment la suite en sachant très bien que l’on resterait sur le c... à la fin des chapitres parus, Serum ne nous offre pas de cliffangher, au contraire il y a un même un petit résumé du prochain épisode. L'histoire n’avance qu’assez peu, le rythme est mou et ne nous tient pas en haleine. Je finirais tout de même la première saison en espérant que cela évolue de façon positive, mais je ne suis pas impatient.

 MA NOTE : 6/10

samedi 7 septembre 2013

LE SORCIER DE TERREMER de Ursula Le Guin


Ici, il y a des dragons.

Et là où il y a des dragons, il y a des enchanteurs, une mer immense et des îles.

Mais le monde de Terremer n’est pas un univers conventionnel de fantaisie. Il n’appartient ni à notre passé, ni à notre avenir, il est ailleurs. C’est un univers où la magie fonctionne et s’enseigne comme la science et la technologie dans le nôtre.


MON AVIS : J’ai commencé ce cycle en me référant aux critiques le qualifiant de classique de la fantasy. Nous partons donc sur la vie de Ged qui deviendra le plus grand alchimiste de tous les temps. Vu comme ça nous nous attendons à d’extraordinaires aventures, palpitantes. En fait je dois dire que le rythme est assez lent, le héros part plus à la découverte de soi, son apprivoisement et cela prend un certain temps. Attention on ne s’ennuie pas non plus tout le temps, mais c’est mou, la quête de son côté obscur ( au sens propre comme au figuré) ne se fait pas du jour au lendemain et il y a assez peu d' évènements relevant le rythme. Les personnages ne sont pas assez approfondis à mon goût, on peut difficilement s'attacher, car on ne les connaît que peu. C’est bien écrit, mais les dialogues sont rares, beaucoup de choses passent par les non-dits.
Donc  avis mitigé quant à ce premier tome, rien d' extrêmement haletant , peut-être ce roman  n' a t' il pas très bien vieilli ( il date de 1968).

MA NOTE : 6.5/10

jeudi 5 septembre 2013

LES DOSSIERS DRESDEN 1 à 3 de Jim Butcher



Enquêtes paranormales. Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Pas de potions d’amour ou autres pièges à gogos !
Harry Dresden est le meilleur, et d’un point de vue technique, c’est même le seul dans sa « catégorie ». Aussi, lorsque la police de Chicago se trouve devant un cas qui dépasse ses compétences, c’est vers lui qu’elle se tourne. Car notre monde de tous les jours regorge en fait de choses étranges et magiques – et la plupart ne s’entendent pas très bien avec les humains. C’est là qu’Harry entre en scène. Rien de tel qu’un magicien pour attraper un… euh… peu importe.

MON AVIS : J’avoue avoir été moyennement convaincu par cette série. En effet j’ai trouvé que c’était un peu répétitif et attendu dans le dénouement, tout du moins dans les deux premiers tomes. Cela change un peu dans le troisième où l’on a enfin l’impression d’une continuité. J’espère donc que cela continuera sur la même voie par la suite.
Ceci dit le personnage central est assez charismatique avec son côté magicien bad boy cynique, le monde fantastique est de mieux en mieux exploité et la lecture assez aisée grâce au rythme soutenu. Il est vrai que dans le même esprit j’ai préféré la série du « nightside » que je trouve plus travaillée, mais cela reste une agréable lecture mélangeant polar, créature fantastique et magie.

MA NOTE : 7.5/10

mercredi 24 juillet 2013

CHRONIQUE D'UN TUEUR DE ROI : LE NOM DU VENT - LA PEUR DU SAGE PREMIERE ET DEUXIEME PARTIE de Patrick Rothfuss


Il s’appelle Kvothe, il est aubergiste et n’est pas bien vieux. Pourtant, il a déjà toute une vie à raconter. Héros retraité qui s’est réfugié dans l’anonymat, il est la source de légendes. Ne l’appelle-t-on pas Kvothe l’Arcaniste, ou Kvothe le Tueur de roi ? Mais que connaît le monde de lui, sinon la légende, déformée, magnifiée ? Chroniqueur, un scribe traqueur de mythes, aura trois jours pour écrire sa bibliographie. Et cette première journée nous retrace l’enfance du héros dans une troupe de comédiens itinérants, existence joyeuse rapidement bouleversée par un drame effroyable, puis son entrée à l’université, où il apprendra la magie de l’Arcanum. Mais la vie des futurs héros n’est pas toujours brodée de fil d’or. Car celui-là est humain, et pauvre de surcroît. Le Nom du vent est l’histoire d’un homme plus que d’une légende, à travers des aventures tumultueuses dans un monde qui se dévoile au fil d’un récit captivant.

MON AVIS : Tout d'abord je dois vous dire que j'ai lu ces trois parties en une dizaine de jours tellement la lecture est fluide, passionnante et addictive. Cela faisait longtemps (enfin tout est relatif) que je n'avais éprouvé cela pour de la fantasy. Pourtant cela ne part pas d'une grande originalité, le parcours d'un immense héros depuis son plus jeune âge : son apprentissage de la vie des rues, de la magie, de l'amour, des armes... tout y passe. Mais qui a dit qu'il fallait être le plus original afin d'être le meilleur, il suffit juste d'être le meilleur. Attention tout de même, je n'ai pas dit que ce livre était la crème de mes lectures, mais il arrive à se frayer parmi les bouquins que je pourrais aisément conseiller. Donc voici le récit de la vie de Kvothe par lui-même. Même si cela peut sembler fastidieux au vu de l'épaisseur de chaque livre, je n'ai pas éprouvé de longueur dans cette histoire, dès que cela pourrait vaguement apparaître, l'histoire prend une nouvelle direction et cela pour le plus grand malheur de notre sommeil sans cesse repoussé. J'ai trouvé que la magie était bien renouvelée dans son fonctionnement, ainsi que le monde des créatures féeriques. On s'attache très aisément aux différents personnages et pas seulement au protagoniste principal. Bref très bonne surprise que ces "Chroniques d'un tueur de roi" de ce nouvel auteur qu'est Patrick Rothfuss. Vivement la fin du cycle, tome 3 en 2014.

 MA NOTE : 9/10

mercredi 3 juillet 2013

NIGHTSIDE 3 : LA COMPLAINTE DU ROSSIGNOL

Je m’appelle John Taylor. J’opère dans les rues du Nightside, la jumelle maléfique de Londres. Ici, des créatures surnaturelles passent des pactes infâmes avec de sombres divinités. Moi, j’ai le pouvoir de trouver n’importe quoi… ou n’importe qui. Ma nouvelle affaire sort pourtant de l’ordinaire.
Rossignol, la diva locale, a coupé tous les liens avec sa famille et ses amis. Je dois en apprendre la raison. Il me faut aussi découvrir pourquoi ses fans suicidaires trouvent sa voix aussi mortelle. Au propre comme au figuré.
Pour réussir, je vais devoir prêter l’oreille au timbre le plus magnifique et dangereux du Nightside…


MON AVIS : Notre enquêteur si particulier et cynique est de retour dans cette variation si spéciale de Londres qu'est le nightside. Toujours autant de plaisir lors de la lecture de ce livre avec son ambiance très polar année 50 doublée d'un humour omniprésent. On peut remarquer l'absence de  personnages tels "Suzy la mitraille" ou "Eddy le rasoir" rencontrés dans les précédents tomes, mais ceci au profit de gens comme "Dead boy" sorte de Bettlejuice assez violent. Nous restons donc dans un très bon divertissement avec un monde toujours aussi bien exploité et quelques petites révélations sur la chère mère de notre héros. Bouquin très fidèle à la série, en espérant que la suite soit traduite sous peu.

MA NOTE : 8.5/10

lundi 24 juin 2013

L' APPRENTI EPOUVANTEUR de Joseph Delaney



Comment un jeune garçon apprend à devenir un chasseur d’ombres !
Tom est le « septième fils d’un septième fils ». Il possède donc les qualités requises pour devenir l’apprenti de l’Épouvanteur. C’est plutôt une aubaine : à 13 ans, il ne se sent guère attiré par la vie de fermier. Apprendre à chasser sorcières, gobelins, spectres et autres esprits malfaisants lui paraît autrement plus excitant – même si ce nouveau travail le terrifie quelque peu – que de soigner les cochons et épandre le fumier. Tom possède un don particulier pour voir et entendre ce que le commun des mortels ne voit ni n’entend. Il entame donc son apprentissage auprès de l’Épouvanteur, qui le teste dès la première nuit en l’enfermant, tout seul, dans une maison hantée. Mais le pire est à venir. Malgré l’injonction de son maître de se méfier des « filles qui portent des souliers pointus », Tom va se laisser berner par Alice, une sorcière de son âge.



MON AVIS : Voici une saga destinée  aux jeunes adolescents qui se laisse lire sans problème. Nous retrouvons un thème assez classique, l'initiation d'un jeune enfant,Tom Wards, par un mentor aux connaissances assez particulières, au métier d'épouvanteur. Ici la magie est présente sans pour autant être détenue par nos principaux investigateurs. En effet celle-ci est,  au contraire, combattue par ce que l'on appelle  les épouvanteurs. Personnages craints par la populations, mais pourtant sollicités, car seuls opposant efficaces aux forces obscures. Ce n'est pas sans rappeler les périples d'un certain Harry Potter avec moins de féerie et d'inventivité tout de même. Cela se lit très facilement et rapidement, mais j'ai trouvé ces aventures un peu redondantes et pas toujours très palpitantes, c'est assez inégal. Egalement, l'enchaînement des tomes entraîne une certaine lassitude, mais cela est peut-être dû à mon âge "avancé". A noter que ce livre est à partir de 9 ans ce que je trouve un peu jeune, sont présentes des sorcières pratiquant certaines magies assez morbides, et d'autres êtres pouvant vider les gens de leurs sangs; même si l'on est principalement dans du suggéré je verrai plus ce livre s'adresser aux jeunes lecteurs à partir de 11-12 ans qui, de plus, s'identifieront facilement au héros. Actuellement j'ai lu les quatre premiers tomes je vous donnerais des nouvelles de la suite si je m'y remets.
 A noter qu'une adaptation cinématographique s'inspirant de la saga, avec entre autres Julianne Moore et jeff Bridges, nommé  "Le Septième Fils" sortira courant 2013.

MA NOTE 7/10

mercredi 12 juin 2013

LE PERE NOEL EST MORT de Nolween Eawy



Les cloches ont sonné et les rennes sont arrivés. Un gros bonhomme joufflu descend par la cheminée. Une odeur de pain d'épices et un sapin luit dans cette
douce nuit d'hiver. Les petites filles et les petits garçons rêvent et espèrent des joujous par milliers.

Oui, mais voilà, le Père Noël est mort depuis longtemps et la magie de Noël pourrit avec lui dans un tourbillon de hurlements et de psyché-délices ! Surtout n'allez pas raconter les histoires que vous trouverez dans ce recueil aux enfants. Elles ont le goût de la barbe-à-papa agrémentée de mort-aux-rats. Il n'y a rien de politiquement correct dans ce que vous allez lire.Tant mieux, il serait peut-être temps de remettre les pendules
à l'heure car à minuit ... il sera trop tard.



MON AVIS Voici un petit e-book lu par hasard, juste inspiré par le titre. Alors je dois dire que je suis un peu perplexe, l'auteur justifie son recueil de quatre nouvelles par le marketing gravitant autour de ce qu'est devenu Noël. Pourquoi pas, mais je n'ai ressenti cette idée à aucun moment dans ces histoires.Nous retrouvons quatre nouvelles assez chocs, notamment la première, qui auraient très bien pu exister sans une une pseudo cause qui ne ressort à aucun moment. Ce qui ressort surtout est ce qu'il y a de pire en l'être humain : l'avidité, la convoitise, l'inceste, l'hypocrisie, la violence, etc. A lire donc ne serait-ce que pour me donner à votre tour votre avis.

MA NOTE : 6.5/10

mardi 11 juin 2013

NOUVELLE ACQUISITION : LA LISEUSE NUMERIQUE



Voici un petit article inhabituel ici, mais qui a tout de même sa place. Depuis peu ma femme m'a offert une liseuse (sous les conseils d'un ami qui se reconnaîtra : F.L) : la cybook odyssey, et je viens juste vous faire part de mon ressenti. Comme beaucoup je dois dire que j'étais plutôt réfractaire ayant une préférence pour avoir en main "un vrai livre". Certes c'est un argument qui fait un peu "vieux avec ses petites habitudes" mais cela me semblait réaliste. Je dois dire que j'ai été très agréablement surpris, on a sous les yeux un vrai livre très agréable à lire, la lecture n'est pas du tout fatigante comme cela peut l'être sur  un écran de tablette ou autre, la navigation entre les différentes options est très intuitive et un dictionnaire est également intégré. Ce qui est vraiment le plus de la liseuse, c'est évidemment la possibilité de transporter un grand nombre de livres sous un si petit format, finis le sac de réserve de livres pour partir en vacances. Les formats les plus courants, que ce soit epub, pdf... sont lus par ce modèle, mais je pense que tous sont à peu près équivalents. De nombreux sites proposent des e-books gratuits et il est aisé de gérer sa bibliothèque, pour les plus pointilleux, avec différents logiciels, pour ma part j'utilise Calibre qui permet, outre le classement, la conversion des autres formats en epub (qui prend très peu de place).
Petit conseil, achetez l'étui qui permet la prise en main de votre liseuse tel un livre classique. La liseuse ne signe pas la mort du livre, mais son renouveau et la possibilité d'avoir sa bibliothèque dans la poche, ce qui est pratique quand on n'a plus de place chez soi. C'est un complément indispensable, une fois qu'on a essayé, à tout Serial Lecteur qui se respecte.

dimanche 9 juin 2013

NIGHTSIDE 2 : L'ENVERS VAUT L'ENDROIT de Simon R. Green


Dans le Nightside, le coeur maléfique du Londres surnaturel, tout le monde me connaît. Je suis John Taylor, l’homme qui trouve n’importe quoi. Même les choses les plus dangereuses. Tenez, en ce moment je suis chargé de retrouver le Graal Impie, la coupe de Judas. Cette relique confère un pouvoir absolu qui vous corrompt en moins de temps qu’il n’en faut pour dire “Crucifixion”. Bien entendu, je ne suis pas tout seul sur l’affaire. Des anges, des démons, des saints et des damnés courent après en détruisant tout sur leur passage !

MON AVIS Voici la suite des aventures de notre détective pas comme les autres, John Taylor. Dans ce nouvel opus, les anges sont de la partie, aussi bien ceux d'en haut que ceux d'en bas, et cela ne facilite pas les affaires de Taylor. Nous retrouvons donc tout ce qui constitue le nightside, monstres, entités millénaires, mais aussi de charmants et élégants personnages tels Suzi la mitraille qui se retrouve ici en duo avec notre héros. Cette nouvelle affaire est toujours aussi rythmée et se suit avec le sourire aux lèvres grâce a un second degré omniprésent. Cela se lit très vite et avec plaisir à condition de se plonger dans la nuit perpétuelle du nightside, où tout est possible.

MA NOTE 8.5/10

vendredi 31 mai 2013

LA CONJURATION PRIMITIVE de Maxime Chattam




Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ? Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre. Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c’était un jeu ? Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition. Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre.


MON AVIS : Voici Maxime Chattam de retour avec un thriller pour le moins efficace et cela manquait, non pas que la série "Autre-Monde" soit moins réussie, mais je trouve cet auteur plus efficace dans l'angoisse. Après "Leviathan" et "Le requiem des abysses" qui m'ont procuré des sentiments mitigés, mais j'y reviendrais quand j'aurais un peu de temps, je dois dire que j'ai bien apprécié ce roman. Nous retrouvons un ensemble de serial killer, et pas des plus sympa, âme sensible s'abstenir, perpétrant leurs méfaits à travers différents pays. Certes le sujet n'est pas sans rappeler la trilogie de Michael Marshall, mais juste sur l'idée générale et sans plagia pour autant. L'auteur maîtrise toujours aussi bien les rouages d'un bon thriller notamment le rebondissement clôturant la première partie auquel je ne m'attendais pas du tout. Egalement petit clin d'oeil à ses fidèles lecteurs dans les dernières pages qui laisse présager du bon pour l'avenir. Bon thriller, assez sanglant, qui renoue bien avec l'esprit de "la trilogie du mal" pour notre plus grand plaisir de lecteur compulsif.


MA NOTE : 9/10

DELIVRANCE de Jussi Adler Olsen

A Wick, aux confins de l’Ecosse, une bouteille en verre dépoli traine depuis des années sur le rebord d’une fenêtre du commissariat. A l’intérieur, une lettre que personne n’a remarquée. Et quand on l’ouvre enfin, personne ne se préoccupe non plus de savoir pourquoi les premiers mots, Au secours, sont écrits en lettres de sang et en danois… La lettre finit par arriver sur le bureau des affaires classées de Copenhague où l’inspecteur Carl Mørck croit à une mauvaise plaisanterie. Mais quand Carl et ses assistants, Assad et Rose, commencent à déchiffrer le message, ils réalisent qu’il a été écrit par un jeune garçon enlevé avec son frère dans les années 90. Cet SOS serait leur dernier signe de vie. Qui étaient-ils ? Pourquoi leur disparition n’a-t-elle jamais été signalée ? Sont-ils encore en vie ?


MON AVIS : Le département V est de retour avec ses membres au caractère et à l'histoire toujours aussi atypique. Que ce soit Carl Morck toujours à l'affût d'une sieste, Assad au passé trouble ou Rose secrétaire plus que susceptible, tous vont se passionner pour une bouteille trouvée il y a quelques années. Celle-ci va nous emmener sur les traces d'un meurtrier machiavélique. Ce livre est très bien construit,bonne enquête, beaucoup de rebondissements parsemés de petits passages sur la vie privée de nos protagonistes principaux,  tout est fait pour nous tenir en haleine. Bonne suite donc avec cependant assez peu de révélations sur nos personnages, notamment Assad, on se sentira donc obligé de se procurer le prochain tome.

MA NOTE : 8/10

mercredi 29 mai 2013

NIGHTSIDE : VIEUX DEMONS de Simon R. Green

Je m’appelle Taylor, John Taylor. Ma carte de visite dit que je suis un détective privé, mais en fait je suis plutôt un expert pour retrouver les objets perdus. Cela fait partie du don avec lequel je suis né, dans le Nightside. J’en suis parti il y a pas mal de temps, pour sauver ma peau et ce qu’il me restait de raison. Aujourd’hui, je gagne ma vie dans les rues ensoleillées de Londres. Mais ces derniers temps, les clients se font rares. Aussi, lorsque Joanna Barrett a débarqué dans mon bureau, suintant la richesse par tous les pores de sa peau, pour me demander de retrouver sa fille qui avait fait une fugue, je n’ai pas pu dire non. C’est alors que j’ai découvert où sa fille s’était barrée. Dans le Nightside : deux kilomètres carré d’enfer en plein cœur de Londres, un endroit où il est toujours trois heures du mat’ ; où l’on croise des mythes à tous les coins de rue ; où l’on peut boire un pot avec un monstre. Rien n’y est comme il parait et tout y est possible. J’avais juré de ne jamais y remettre les pieds. Mais une jeune fille est en danger, et sa mère compte sur moi. Alors je n’ai pas le choix : il faut que je rentre à la maison…




MON AVIS : Nous voici transportés dans une partie de Londres peu connue : le Nightside, ici se côtoient démons, mythes en tous genres, créatures fabuleuses aussi bien qu’effrayantes, divinités et pratiquement tout ce qui est imaginable. C’est dans ce monde que se replonge notre détective privé aux facultés étranges, John Taylor afin de retrouver une adolescente. Ce roman est une très agréable surprise, l’histoire se lit très facilement, avec haleine et le héros possède un humour noir qui est un des points forts du roman. Ce n'est certes pas dans de la grande littérature, mais cela reste très fluide et bien rythmé . On suit avec grand plaisir Taylor à travers son enquête et son histoire familiale compliquée. C’est une très bonne mise en bouche concernant le Nightside, l’ envie d’y retourner se fait sentir et cela tombe bien, car pour l’instant trois tomes sont disponibles en français.

MA NOTE : 8.5/10

vendredi 17 mai 2013

OZ de Maxime Chattam


Cap sur l’Europe ! Pour tenter de vaincre Entropia, l’Alliance des Trois s’embarque pour le vieux continent. Objectif : mettre la main sur le Cœur de la Terre. Mais c’est un pays hostile qui les attend, où les Cyniks ont asservi les enfants. Obstacles, pièges, trahisons, les jeunes héros parviendront-ils à leurs fins ? Ou le chaos mortifère d’Entropia aura-t-il raison d’eux ? La quête de Matt, Ambre et Tobias est loin d’être terminée…

MON AVIS : Voici nos pans de retour quittant le grand continent Américain pour l’Europe et plus précisément la France. Cela ajoute un petit plus que ce changement d’environnement, nos héros découvrent de nouveaux modes de vie et cela remet un petit coup de peps dans leurs aventures. On découvre également avec curiosité ce que sont devenues Paris ou encore Londres. Je regrette par contre que les états d’âme des différents protagonistes, en particulier Ambre et Mathew, soient aussi fréquents et cassent ainsi le rythme. Egalement le fait que le buveur d’innocence soit présent, ok, mais que le héros insiste sur le fait qu’il n’est pas possible qu’il revienne alors que l’on connait déjà la vérité, je n’en vois pas l’utilité. Sinon bonne suite avec quelques surprises, bientôt la suite ?

MA NOTE : 8/10

mercredi 15 mai 2013

CARNAGE de Maxime Chattam


Harlem Est. 18 novembre. 8h28.
Ils sont tous là, dans le hall de l'entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer...
Quand l'inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c'est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L'affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d'autres établissements.
Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours.

MON AVIS : Voici un roman que l’on lit d’une traite, tout d’abord parce qu’il est très court et de plus, car il se lit facilement. L’idée de base est de partir sur une tuerie commise dans un lycée, ce qui rappelle les faits survenus, entre autres, à Columbine, puis d’en chercher les causes. Mais celles-ci sont presque décevantes, bien qu’ assez réalistes. L’histoire est, pour moi, un peu simpliste, on a l’impression que le format court a empêché l’auteur de développer beaucoup de points et cela se sent. Ce n’est pas un mauvais livre, mais Chattam aurait pu nous offrir quelque chose de plus travaillé, intéressant plutôt qu’ un livre juste divertissant. Peut-être que j’attendais trop de cet auteur qui m’avait procuré, par le passé, des sensations bien plus intenses.

MA NOTE : 7.5/10

dimanche 21 avril 2013

METAMORPHOSE EN BORD DE CIEL de MATHIAS MALZIEU


 Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques lui valent des jours heureux. Jusqu’à ce qu’un médecin le soignant pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable.Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu’il appelle « la Betterave ».
Lors d’une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l’hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de dévorer les nuages rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : « Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l’amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter.


MON AVIS On retrouve dans ce conte pour adulte le ton bien particulier de Mathias Malzieu qui nous transporte dans un monde où tout est possible. Cet auteur possède un univers bien particulier, un mélange d’imaginaire féerique et d’ émotions ,  qui arrive à nous surprendre sans pour autant nous déstabiliser. J’avoue avoir un peu moins accroché à cette histoire que lors de la lecture de « la mécanique du cœur » mais on se retrouve tout de même aisément embringuer dans cette histoire d’amour peu commune. Ce « héros », cloudman , va résister à la mort grâce à un amour qui va le conduire à une sorte de renaissance (au sens propre comme au sens figuré). C’est  étrange comme à travers une histoire fantasque on peut se retrouver confronté à notre réalité. Bref comme déjà lors de la mécanique du cœur on sort de ce livre avec un sourire tenté d’une légère mélancolie et cela n’a rien de désagréable.

MA NOTE : 8/10

mardi 9 avril 2013

PROFANATION de Jussi Adler Olsen

En 1987, le meurtre atroce d’un frère et d’une sœur avait défrayé la chronique. Malgré les soupçons pesant sur un groupe de lycéens d’une école privée de Copenhague, l’enquête s’était arrêtée, faute de preuves… Jusqu’à ce que neuf ans plus tard, l’un des garçons (le seul « pauvre » de la bande) s’accuse du crime. Affaire classée. Pour une raison inexplicable, le dossier ressurgit soudain sur le bureau de l’inspecteur Carl Mørck, chef de la section V. Intrigué par les circonstances, l’inspecteur, toujours accompagné de son acolyte Assad, décide de reprendre l’enquête. Elle le mène sur la piste de l’énigmatique Kimmie, prostituée, voleuse, semi-clocharde, qui était alors la seule fille de la bande, et celle de trois hommes, les plus riches du Danemark… 


MON AVIS : A noter que ce livre peut se lire indépendamment de « Miséricorde ». Voici la deuxième enquête du département V, division de la police spécialisée dans les meurtres anciens non résolus. Nous retrouvons avec plaisir le duo du précédent tome, Carl Morck et Assad auquel vient s’ajouter une secrétaire assez particulière, Rose, qui agacera notre flic au plus haut point. Ce livre se lit très facilement et rapidement tant l’on a hâte de voir ce qu’ il va advenir. Nous vivons cette histoire du point de vue des enquêteurs ainsi que de celui des  criminels, tout est réalisé pour nous tenir en haleine. Ce n’est pas une enquête roulant sur des chapeaux de roue, mais l’on ne s’ennuie pas pour autant. Ici les criminels sont des êtres vraiment malfaisants dénués de remords, des gens nantis qui ne trouvent l’exultation que dans la violence et le sentiment de pouvoir qu’ elle peut créer. Bon livre, plus abouti que le précédent qui se lit avec grand plaisir et ferveur.


MA NOTE : 8.5/10

lundi 1 avril 2013

LES RIVIERES DE LONDRES de Ben Aaronovitch



L'agent Peter Grant ne croyait pas aux fantômes, jusqu'au jour 
où un étrange personnage lui affirme avoir assisté au meurtre 
sur lequel il enquête. Un témoin providentiel.. . s'il n'était mort 
depuis plus d'un siècle ! Et Peter n'est pas au bout de ses 
surprises : recruté par l'énigmatique inspecteur Nightingale, il 
intègre l'unité de la police londonienne chargée des affaires 
surnaturelles. Au programme, traquer vampires, sorcières et 
autres créatures de la nuit ; faire respecter les divers accords 
passés entre les forces occultes de Londres ; réconcilier les 
divinités qui se partagent la Tamise, sans devenir esclave de 
leurs charmes ; et bien sûr apprendre le latin, le grec ancien et 
une montagne d'incantations bizarres et pour le moins 
rébarbatives. Peter doit en passer par là, s'il veut un jour 
devenir à son tour le dernier sorcier de Londres...



MON AVIS : Voici un petit roman fantastique bien sympa qui mêle meurtres et sorcellerie. En effet nous partons sur un meurtre assez particulier, une décapitation à coup de bâton, pour ensuite voir apparaître fantômes , esprit, vampires, et autres créatures fabuleuses. Cela se lit rapidement et même si les personnages n’ont pas énormément de profondeur, l’histoire est assez originale, une division de la police, spécialité sorcellerie, opérant de nos jours. L’ambiance Londonienne ressort bien et nous plonge dans un univers brumeux, fantastique que seul la capitale anglaise peut abriter. Agréable surprise donc que ce premier tome du dernier apprenti sorcier.



MA NOTE : 8/10

samedi 30 mars 2013

MISERICORDE de Jussi Adler Olsen

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ?
Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case...



MON AVIS : Voici le premier roman du scandinave de Jussi Adler Olsen et je dois dire que c’est plutôt réussi. On part sur un cold case, une affaire classée mais non résolue que reprend le département V mené par un vieux flic désabusé Carl Morck et un pseudo docteur Watson syrien, Assad. Même si l’on ne découvre rien de révolutionnaire dans ce roman, l’histoire est bien menée et plaisante à suivre. J’ai bien aimé ce duo qui fonctionne très bien et le récit d’une même affaire mené sur deux époques permet de ne pas sombrer dans les longueurs.
Petit bémol tout de même, on devine assez aisément l’identité du criminel principal.
Bon premier livre donc qui ne laisse présager que du bon pour la suite.

MA NOTE : 8/10

vendredi 22 mars 2013

LES EMMURES de Serge Brussolo


A l'origine, la mission de Jeanne était simple : s'installer quelque temps dans un immeuble où furent commis, des années plus tôt, plusieurs crimes inexpliqués, afin d'y écrire un reportage, si possible sensationnel...

Mais aussitôt franchi le seuil de l'étrange maison Malestrazza, la jeune femme va deviner que les maléfices ne sont pas uniquement dus aux fantasmes du voisinage. Est-il vrai que l'assassin habiterait toujours là, caché dans un appartement secret ? Y a-t-il, comme on le prétend, des cadavres emmurés aux différents étages ? Et que lui veut au juste le fils de la concierge, ce gamin trop imaginatif, qui spontanément s'offre à lui faire découvrir les arcanes de la bâtisse ?
MON AVIS : Je m’attendais à un thriller portant vraiment sur les meurtres et leur auteur, mais ici le plus important est l’ambiance glauque et oppressante que subit notre héroïne. Au début tout nous oriente vers le surnaturel puis Brussolo nous emmène peu à peu  vers du plus logique, mais non moins inquiétant. La lecture est aisée et bien rythmée, on vit les situations en même temps que Jeanne avec la même envie de découvrir la vérité puis de s'en sortir sain et sauf. Comme souvent chez cet auteur, personne ne s’en sort indemne, à tout point de vue.

MA NOTE : 8/10

mardi 19 mars 2013

LES CATHEDRALES DU VIDE de Henri Loevenbruck


Une mystérieuse cathédrale perdue au milieu de la jungle équatorienne. Le manuscrit d'un célèbre alchimiste du XIVe siècle. Des meurtres inexplicables...
Sous couvert de protection de l'environnement, une organisation internationale met la main sur plusieurs régions du globe. Leur motif réel ? Un secret enfoui dans le cœur de la terre depuis la nuit des temps.
Alerté par une série de disparitions étranges, Ari Mackenzie, pourtant retiré des Renseignements généraux, décide de mener l'enquête. Se pourrait-il qu'il y ait un lien entre les recherches clandestines de cette multinationale et les découvertes de l'alchimiste Nicolas Flamel ?
Malgré lui, le commandant Mackenzie est à nouveau confronté à une affaire singulière. La plus dangereuse de sa carrière, sans doute. La dernière, peut-être.



MON AVIS : J’avoue avoir été un peu déçu par ce livre. C’est long à se mettre en place et l’histoire ne tient pas ses promesses. Je m’attendais à ce que le côté ésotérique soit plus exploité, l’histoire que nous fournit Nicolas Flamel ne débouche sur pas grand-chose en fait et c’est dommage. Les personnages principaux restent agréables à suivre, mais, mis à part le héros, manque de charisme, ce tueur ne ressentant pas la douleur, par exemple, aurait pu être plus exploité, avoir une aura plus maléfique. Egalement bien que bénéficiant de chapitres courts, cela manque de rebondissement, de rythme. Cela reste un livre sympathique, mais pas mémorable.


MA NOTE : 6.5/10

dimanche 17 février 2013

LE MANOIR DES SORTILEGES de Serge BRUSSOLO

Gilles, un jeune écuyer, voit mourir son maître au cours d'un tournoi. Devenu la propriété du vainqueur, le voilà dès lors contraint de servir un étrange chevalier à l'armure couverte de rouille, et dont personne n'a jamais vu le visage. Ce baron maudit serait-il lié aux enlèvements d'enfants qui terrorisent la contrée ?

Peu après, ce maître mystérieux accepte une mission : retrouver, au cœur d'un manoir perdu dans les forêts du Ponant, un grimoire de sorcellerie dont la possession confère des pouvoirs maléfiques. Commence alors pour l'écuyer un dangereux voyage, qui va lier son sort à celui d'un monstre et l'entraîner aux confins de la peur.

MON AVIS : Voici un style de Brussolo que je ne lui connaissais pas, le thriller médiéval. Je dois dire que c'est une assez bonne surprise, attention nous sommes loin des guerres épiques ou autres grands personnages héroïques, ici se côtoient  les cruels, les lâches.... Ils s'agit presque d'une enquête "fantastique" menée par une sorte de monstre "maudit" servie par notre héros. Un héros qui n'en a pas les qualités puisque n'étant pas franchement courageux, téméraire ou intelligent, mais attachant, car plus proche du commun. Le style est bien fluide et l'histoire se lit très rapidement par contre je regrette un peu que l'action stagne en un seul lieu. Je dois dire avoir été surpris par le dénouement et les diverses révélations, l'auteur nous emmène sur la piste de la sorcellerie, de malédictions alors que la vérité est tout autre et tellement plus logique, mais à force de chercher quelque chose, on finit par y croire.
Bon livre d'accès facile, mais pas impérissable non plus, j'ai le sentiment de rester un peu sur ma faim.

MA NOTE : 7.5/10

mercredi 13 février 2013

LE VIEUX QUI NE VOULAIT PAS FËTER SON ANNIVERSAIRE de Jonas Jonasson

Alors que tous dans la maison de retraite s’apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au cœur de l’histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d’un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao…

MON AVIS : Voici encore un petit cadeau de ma femme qui, décidément, me connaît bien, j'ai été complètement conquis par ce personnage au destin sans pareil. Ce livre nous narre l'histoire passée et présente d'un centenaire auquel tout arrive : internement, voyage en sous-marin, rencontre de personnages pour le moins célèbres (Mao, Einstein, Staline, De Gaule.....), meurtres.... Certes les évènements de la vie de notre héros rappellent un peu Forrest Gump mais Allan n'est pas "simple d'esprit" c'est juste quelqu'un qui prend la vie telle qu'elle vient et fait avec, également il n'éprouve aucun intérêt pour la politique, la religion et leurs intrigues. Je dois dire que rien que ces deux aspects de la personnalité du centenaire me le rendaient sympathique.
J'ai trouvé tout de même que l' aventure présente était un petit peu moins palpitante que celle passée, mais cela semble logique vu que la vie d' Allan s'étale sur un siècle. Le livre est bien rythmé, on ne s'ennuie pas avec ses personnages plus atypiques les uns les autres que ce soit un vendeur de hot-dog érudit, une fermière au langage fleuri, un gang composé de bras cassés ou un éléphant....
Par contre ne vous attendez pas à ce que tout soit plausible, il faut se laisser porter par ces extravagantes aventures sans trop se poser de questions et profiter de cet humour décalé, de cette vision du monde certes un peu simple, mais tellement reposante.

MA NOTE : 9/10

samedi 26 janvier 2013

L'HISTOIRE DE DEMAIN de David Cambio


Le monde que nous connaissons vit ses dernières heures. Cet équilibre instable battit sur le sang des faibles, est sur le point de subir un bouleversement sans précédent. 

Le non retour climatique a d’ores et déjà été dépassé, et ce, devant le regard impuissant de la communauté internationale, des scientifiques et des écologistes.
La température de la terre augmente, avec pour conséquence directe la raréfaction de l’eau.
Et depuis quelque temps déjà, un nouveau modèle financier émerge. Un modèle non plus dirigé par l’or noir, mais par l’or bleu. Imaginez que demain l’eau soit côtée en bourse, que son prix augmente et baisse au bon vouloir du monde des finances. Imaginez que demain il faille payer pour se procurer une ressource vitale. Comment feront ceux qui ne possèdent rien ?

Bien loin des chiffres et des statistiques, quelque part, là bas, là ou l’eau a déjà disparu, des hommes, des femmes et des enfants vont mourir de ce manque.
Et quand ce moment arrivera, pensez vous qu’ils se laisseront périr ?

L’Histoire de Demain ne fait que commencer …



MON AVIS : J'ai pour habitude de lire des romans d'auteurs déjà reconnus, alors quand un ami m'a conseillé ce roman je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Je dois dire que j'ai été très agréablement surpris par cette histoire bien menée avec des personnages très réels et de ce fait attachants. Nous suivons avec intérêt et passion le périple de Kamau homme pour qui les mots justice, égalité vont revêtir un sens nouveau, mais aussi les tribulations de Xavier personnage désabusé auquel il est aisé de s'identifier. J'ai d'ailleurs regretté que ce personnage ne soit pas plus exploité, on aurait pu s'attendre à ce qu'il prenne plus part à l'histoire principale. On peut également noter que la première partie, concernant la fuite de Kamau, est bien détaillée,  remplie de suspens et de ce fait plus réel alors que la seconde partie, le conflit,  principalement ciblée sur l'action, part davantage vers le roman d'anticipation; cette différence se ressent par une légère cassure dans le rythme.
Bref bon livre qui, même s'il n'est pas exempt de petits défauts, vaut largement les romans que l'on nous vend sous prétexte qu'ils sont de telle ou telle personne connut. Faites comme moi, donnez une chance à cet auteur pour l'instant méconnu afin qu'il ne le soit plus.
Ce livre n'est pour l'instant disponible que sur Amazon pour les Kindle et Kobo au prix de 0,89 euro, sur Itunes pour les Ipad ou en pdf sur le site des éditions privées :  http://editionsprivees.com/  gratuitement. Ce site grâce, à un système de parrainage, a pour vocation de promouvoir des auteurs méconnus ainsi que de rendre la lecture gratuite. Si vous êtes intéressés, contactez-moi je pourrais vous permettre d'accéder au roman en vous parrainant.

MA NOTE : 7/10

dimanche 13 janvier 2013

7 JOURS A RIVER FALLS de Alexis Aubenque


Sarah Kent, issue d’une famille modeste, est une étudiante modèle et mène une vie paisible parmi l’élite de l’université de River Falls, une petite ville située dans les Rocheuses. Pourtant tout va changer un matin de printemps. Emy Paich et Lucy Barton, les deux meilleures amies de Sarah, quand elles étaient lycéennes, sont retrouvées atrocement mutilées sur les bords du lac de la forêt toute proche. Elles s’étaient perdues de vue, mais Sarah avait reçu une lettre étrange de ses amies deux jours avant qu’on ne les retrouve mortes. Le monde de Sarah bascule dans l’horreur. Est-elle la prochaine victime du tueur ? Elle semble cacher un lourd secret. Comme si un lien mystérieux unissait les jeunes filles… Autant de mystères que devra résoudre Mike Logan avec l’aide de Clarence Hurley, son ex-petite amie et  profiler  réputée. Ils croient très vite être sur la bonne piste. Mais leur adversaire les manipule avec une redoutable perversité…


MON AVIS : Voici le premier thriller de Alexis Aubenque et pour un premier roman du style, c'est plutôt réussi. Nous avons une  histoire qui est bien ficelée, les personnages sont assez attachants bien que classiques, mais du coup nous trouvons assez rapidement nos repères. Tous les ingrédients nécessaires au thriller sont réunis, l'ancien policier d'une grande ville installé à la campagne, une ex-compagne travaillant au FBI, des meurtres, des adolescents et c'est ce qui fait que cela tient la route, mais en même temps ces "clichés" nous donnent une impression de déjà-vu et nous gâchent un peu la surprise. En effet même si l'identité du meurtrier reste mystérieuse jusque-là fin, le reste coule de source. Egalement les deux protagonistes principaux sont un peu figés dans leurs réactions : Mike est sûr de lui, mais se plante pratiquement à chaque fois tandis que personne ne croit en Clarence qui voit pourtant toujours juste. 
Cela reste un livre plaisant à lire, mais qui ne nous réserve pas de grandes surprises. A voir si les suites nous surprendront plus.

MA NOTE : 7.5/10